Musée de la Soie - Sthyppolite 188Photo prise dans une ruelle de St Hippolyte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 La tradition de la soie dans les Cévennes remonte au XIIIème siècle.

Musée de la Soie - Sthyppolite 110

Je vais tenter de vous expliquer (en suivant mes notes) les étapes qui permettent de transformer une matière première naturelle, issue de la chenille du papillon "Bombyx Mori" en un fil luxueux.

Le fil du cocon est très résistant, doté de nombreuses propriétés naturelles. Mais il demande néanmoins un long travail de transformation, avant de pouvoir être utilisé.

 Mais dabord ma petite légende 
Une des plus célèbres légendes chinoise raconte que la princesse Xi Ling Shi fit tomber par hasard un cocon accroché à un mûrier des jardins impériaux dans une tasse de thé bouillant. Elle déroula un fil interminable qui lui parut si beau qu'elle le fit tisser, puis fabriqua une étoffe douce et fine. Elle obtint de l'Empereur d'élever les vers qui rongeaient les feuilles de mûrier.

- Les étapes de la fabrication de la soie : Un secret de quatre mille ans

- Le décoconnage
Cette étape a lieu huit à dix jours après la fabrication du cocon.
les cocons sont enlevés de leur support et triés.
On enlève la bourre ou « blaze », qui a servi à la fixation du cocon.  
Musée de la Soie - Sthyppolite 224 Support de cocons                     


- L’étouffage

Pour la fabrication de la soie, la chrysalide doit être
tuée
saMusée de la Soie - Sthyppolite 096ns abîmer le cocon. Les cocons sont donc
étouffés dans
des étuves de 70 à 80°C. Les plus beaux cocons sont gardés jusqu'à l'éclosion pour la reproduction des vers à soie.

Puis ils sont trempés dans de l'eau bouillante pour ramollir le grès (matière qui entoure le fil de soie. Sa couleur dépend de la race du vers tandis que le fil de soie est toujours blanc).



- La filature

Pour trouver l'extrémité de chaque fil, les ouvriéres remuent constamment les cocons avec un petit balai qui sert à accrocher les premiers fils de dévidage. Dans les Cévennes, cet instrument était fait en bruyère (en paille de riz en Chine).

Musée de la Soie - Sthyppolite 032Petits balais ou "escoubettes" servant au battage des cocons. Travail exécuté par des ouvrières "batteuses" pour purger les cocons du "frison" sur la surface extérieure constitué de fils emmêlés et ainsi d'obtenir un fil unique, le "filé"

- Le dévidage


Chaque fil étant trop fin pour être utilisé tel quel, l'ouvrière "dévideuse" réunit les fils de quatre à dix  web_BML_01ICO001014cd12f025072fSource0 cocons  selon la grosseur du fil désirée, et les dévide en même temps.
Les fils se soudent entre eux grâce au "grès" et sont enroulés sur des « dévidoirs ».
La soie obtenue est appelée soie « grège ».
Enfin, la soie grège est elle-même enroulée sur des écheveaux ou « flotte ».
Il faut 8 à 10 kg de cocons pour obtenir un kilo de soie grège. Photo
 Creative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.

 

La préparation du fil
Phase finale de la fabrication de la soie, la préparation du fil comporte elle-même plusieurs étapes :

Le moulinage consiste à tordre ensemble plusieurs fils de soie pour plus de solidité. Le nombre de torsions dépend de la qualité de fil que l'on désire obtenir (crêpe de Chine, crêpe Georgette...). En effet, plus le fil est tordu, plus l'étoffe sera souple.

 

Musée de la Soie - Sthyppolite 050Retordeuse assembleuse de fils 

 

 

 

 

 

 


 

- Le décreusage sert à éliminer le grès en faisant bouillir les écheveaux dans de l'eau savonneuse ou avec un dissolvant.

- La teinture de la soie se pratique toujours sur de la soie décreusée. Le fil est imprégné d'alun, un produit qui sert à fixer la teinture.

- Le tissage se pratique avec de la soie sous la forme de flotte. Elle est enroulée sur un tambour,   « l'ourdisMusée de la Soie - Sthyppolite 071soir », ce qui permet de monter les fils de chaîne sur le métier. La soie est dévidée sur une « cannette » qui sera placée dans la « navette ». La navette sert à tisser la trame du tissu.

rouleau soie

 

 

 

 

 

 

 

Cette dernière étape de la production de la soie s'effectuait sur des métiers à bras jusqu'au début du XIXème siècle.

 

 

dyn007_original_400_400_gif_2622397_eaba6a61d3967a834edfb3f1b04acc59Et à jeudi...